Is Intersectionality a Disabled Framework? Presenting PWIVID: In/Visibility and Variability as Intracategorical Interventions

Cara Goldberg

Abstract


People with invisible and variable impairments and disabilities (or PWIVID) represent a significant subset of people with disabilities (PWD). This paper calls on those within the Critical Disability Studies (CDS) ‘silo’ and other disability fora to deploy the tradition of intracategorical intersectional analysis to address our internal “hierarchy, hegemony, and exclusivity” (Nash, 2008, p. 2) and “account for lived experience at neglected points of intersection” (McCall, 2005) regarding PWIVID. The PWIVID acronym – introduced in this paper as the counterpart to the seldom-acknowledged default PWD represented by those I term here PWOSID (people with obvious and stable impairments and disabilities) – helps highlight issues unequally represented in historical, political and theoretical accounts of disablement pertaining to non-apparent and unpredictable impairments – including disability identity and what Garland-Thomson (2014) calls “body management.” CDS and disability communities are invited to challenge the unexamined presumptions of McCall (2005) and other intersectional theorists that “mixed locations” are, on all bases, more akin to “dominant” (or “privileged”) ones than those seen as explicitly “subordinate” (or “burdened”) – at least when it comes to lived experiences of dis/ability – and to better recognise and reflect PWIVID’s unique voices and concerns.

Les personnes ayant des incapacités et handicaps invisibles et périodiques (ou «PWIVID») représentent une minorité importante parmi les personnes en situation de handicap («PWD»). Cet article est un appel à ceux et celles qui se trouvent dans le ‘silo’ des études critiques sur l’incapacité («CDS»), et d’autres forums d’études sur l’incapacité, pour tenter une analyse intersectionnelle et intra-catégorique afin d’adresser les hégémonies, hiérarchies, et exclusivités internes à ces champs d’étude (Nash, 2008, p. 2), et pour tenir compte des réalités vécues des relations intersectionnelles (McCall, 2005) négligées. L’ acronyme «PWIVID»  est présenté comme alternative au «PWOSID» – celui-ci rappelle les expériences des personnes ayant des incapacités évidentes et constantes, qui font le plus souvent l’objet des études sur l’incapacité. Ceci nous aide à mettre l’accent sur des questions souvent sous-représentées dans les récits historiques, politiques, et théorétiques qui portent sur les incapacités invisibles et périodiques  – ce qui comprend aussi l’identité du handicap et ce que Garland-Thomson (2014) nomme, «la gestation du corps». Cet article invite les études critiques sur l’incapacité et les communautés de personnes en situation de handicap à contester les pésuppositions non-examinées de McCall  (2005) et d’autres théoristes e l’intersectionnalité qui affirment que les “positions mixtes” sont plus semblables aux positions dominantes ou privilégiés que celles qui sont explicitement subordonnées (ou chargé) - du moins lorsque ça vient aux expériences vécues du handicap – et pour mieux reconnaître et refléter les voix et préoccupations uniques des «PWIVID».


Full Text:

PDF